Collège du Champ de la Porte - Cercy-la-Tour

Une journée théâtrale pour les élèves du collège du Champ de la Porte

Découvrir et pratiquer le théâtre contemporain pour réduire les inégalités culturelles : un projet au collège de Cercy-la-Tour (Nièvre).

Depuis trois ans, le collège Champ de la Porte à Cercy-la-Tour dans la Nièvre s’engage dans un vrai parcours pour les élèves pour découvrir et pratiquer le théâtre contemporain et pour réduire les inégalités culturelles. Cela se traduit par l’organisation de sorties au théâtre le soir pour voir des pièces et des compagnies d’envergure nationale et ou internationales, par des visites culturelles, par la pratique du théâtre en cours de français et la lecture et l’étude régulière de pièces du répertoire et du théâtre contemporain, par la rencontre de professionnels pour des résidences avec les élèves : Myriam Assouline en 2022 dans le cadre d’un concours national que les élèves ont remporté et Bruno Allain en 2022 dans le cadre d’une résidence d’écriture financée par le CNL que nous avions obtenu.

Les ateliers théâtre instaurés depuis quelques années au collège du Champ-de-la-Porte par Raphaël Baptiste, professeur de lettres et de théâtre permettent aux jeunes de s’exprimer naturellement à travers la lecture et la restitution de textes.

Cette année le collège a reçu l’artiste Ronan Mancec, un auteur de théâtre contemporain le jeudi 30 mars. La pièce Le Gardien de mon frère sur laquelle les élèves ont travaillé traverse la thématique de l’homophobie dans le cercle familial. C’est autour de cette œuvre que les élèves ont pu échanger et pratiquer. Un vaste travail de lecture a tout d’abord été mis en place par le professeur avec l’élaboration de carnets de lecteur individuel où sens du texte et dramaturgie ont été abordés. De fait, ce projet est en parfaite adéquation avec le dispositif annoncé par le ministre de l’éducation nationale pour l’année prochaine qui vise à prévenir l’homophobie par des actions concrètes.

Une restitution pleine d’émotions

L’auteur est donc intervenu au collège toute la journée du jeudi 30 mars pour un atelier de lecture à voix haute avec les élèves de 3e et de 4e avec une restitution aux autres classes de 6e et de 5e.

Cette restitution a eu lieu à deux reprises, à 11h15 et à 15h30. les élèves de 3e et de 4e ont lu et étudié la pièce pendant l’année et ont eu à cœur de recevoir l’auteur pour partager avec lui et leurs camarades, leurs émotions et leurs impressions sur son travail.

Pour la restitution, Ronan Mancec a mis en place une véritable scénographie. En ligne, en groupe ou formant une ronde serrée comme s’ils complotaient, les élèves ont joué tour à tour les rôles des adolescents décrits dans la pièce. Ils ont repris certains dialogues choisis par l’auteur en fonction des thématiques destinées à être abordées : l’homosexualité, l’effet de groupe ou le harcèlement verbal.

Le soir à partir de 18h, Ronan Mancec a offert aux élèves une lecture chantée, un concept de sa compagnie autour de son texte la Carte des routes et des Royaumes. Les thèmes abordés ici par l’auteur sont la force du collectif, l’exercice du pouvoir, la soif de liberté des peuples et bien d’autres encore.

Paroles d’élèves

Le lendemain, Raphaël Baptiste est revenu avec ses élèves sur la journée vécue.

“Qu’avez-vous appris en rencontrant l’auteur ? Avez-vous aimé voir vos camarades lire après l’atelier effectué avec l’auteur ? Est-ce-que vous aimeriez faire le même genre d’atelier ?

Qu’est-ce-que vous avez appris dans cette journée ?

Avez-vous aimé lire le texte devant vos camarades ?

Qu’est-ce qui vous le plus marqué dans la rencontre avec l’auteur ?”

Les élèves spectateurs ou comédiens avaient visiblement énormément de choses à dire et à partager :

“J’ai aimé voir mes camarades lire car ils se mettaient dans leurs personnages et mettaient le ton.”

“J’ai appris qu’on pouvait être dans un autre personnage que soi-même.”

“Ce que j’ai appris c’est qu’en jouant bien, on pouvait faire plein de personnages en même temps.”

“J’ai plutôt bien aimé car on apprend ce qu’est l’homophobie, j’ai appris que dans la réalité le monde est violent avec tous les gros mots employés.”

“J’ai appris que ce n’était pas facile d’écrire des livres, j’ai bien aimé quand il parlait de son livre.”

“Quand l’auteur a dit que le livre venait d’une expérience personnelle, c’était triste mais ça a quand même fini en pièce de théâtre. J’ai trouvé le texte violent et ça m’a surpris. J’ai bien aimé quand il nous a expliqué pourquoi il y avait beaucoup d’insultes.”

“J’ai appris à imaginer un endroit défini pour lire le texte. Ce que j’ai aimé c’est que j’avais une certaine liberté envers la lecture et l’écoute.”

“J’ai appris à comprendre un texte de théâtre contemporain surtout en groupe, j’ai beaucoup aimé le côté humain et pédagogique.”

“J’ai bien aimé partager des extraits du livre car j’ai bien fait découvrir de nouvelles choses à des camarades.”

“Ce que j’ai appris en rencontrant l’auteur est que plein d’interprétations étaient possibles sur l’aspect psychologique mais aussi chronologique de son œuvre et que en même temps plusieurs choix s’offraient.”

“J’ai bien aimé lire ces extraits car c’est comme si on leur apprenait une leçon et qu’on disait qu’il ne fallait pas faire ça.”

Contact

article proposé par Benjamin Girault, référent valorisation

benjamin.girault@ac-dijon.fr

En savoir plus

À lire aussi

Aller au contenu principal